Projet de modernisation du côté ouest: La battage de pieux

Si vous regardez de l’autre côté du havre, plus précisément vers Saint John Ouest, vous verrez que le secteur grouille d’activités. En effet, nous franchissons de nouveaux jalons du projet de modernisation du côté ouest, et entreprenons de nouveaux travaux de façon régulière.

Comme pour tout projet maritime, la construction d’un nouveau quai s’apparente à un casse-tête aux morceaux complexes qu’il faut placer simultanément. Le battage de pieux en cours en constitue le meilleur exemple pour encadrer nos efforts de dragage; il se déroule pendant le coulage des caissons et la construction de l’infrastructure électrique.

Nous devons procéder à un dragage minutieux en vue de construire le prolongement de la jetée, et pour ce faire, il faut un mur de soutènement. Pour installer ce mur de soutènement, il faut d’abord enfoncer des pieux, travaux que nous avons déjà entrepris. Le mur de soutènement encapsulera la jetée existante et permettra le dragage à cet endroit à l’avenir, sans miner la jetée actuelle.

Le dragage constitue une composante importante de cette partie de l’ensemble du projet, et deux principales activités se déroulent en ce moment : 1) le dragage de la boue là où se trouve la jetée; 2) le dynamitage et l’enlèvement de la roche en draguant au même endroit. Nous amorçons l’étape de l’enlèvement de roche pour la construction de la jetée. Vous entendrez parfois une série de brefs coups de sirène d’alerte juste avant le dynamitage de la roche, afin de s’assurer que les ouvriers s’éloignent suffisamment du dynamitage sous l’eau, puis un dernier coup, quelques minutes plus tard indiquant la fin de l’alerte.

Pour enfoncer les pieux, on procède un peu comme pour planter des clous dans un mur, sauf que les clous sont en fait des pieux de 120 pieds de long et que le mur est un substrat rocheux situé à environ 60 pieds sous la structure actuelle de la jetée. Ces pieux sont enfoncés dans la terre glaise et emboîtés dans la roche à l’aide de vibrations et de guides précis. Une fois les pieux placés, on doit retirer la terre glaise et la roche avec une benne preneuse arrondie, et en utilisant des caméras sous-marines et des tuyaux à air et d’arrosage.

Une fois les pieux bien en place et dégagés, on installera des palplanches entre eux avec un marteau de battage; elles seront reliées aux pieux par des créneaux, de manière à créer un mur de soutènement suffisamment solide pour retenir plusieurs mètres de sols mous. On pourra procéder au dragage en toute sécurité une fois le mur terminé.

Les pieux sont arrivés par navire en juin d’Iskenderun, en Turquie. Incidemment, cette communauté turque importe une assez grande quantité de métal recyclé d’American Iron & Metal Saint John.  On pourrait donc dire que ces pieux, fabriqués eux-mêmes en métal recyclé, reviennent en fait à Port Saint John après avoir « bouclé la boucle ».

À mesure que se poursuit le battage des pieux, nous nous réjouissons des possibilités qu’apportera le nouveau quai et de l’excellence technique qui abonde à notre terminal du côté ouest.

La modernisation du côté ouest, un projet d’infrastructure de 205 millions de dollars, prévoit le prolongement et le renforcement de la structure de la jetée du terminal à conteneurs du côté ouest, ainsi que l’approfondissement du chenal principal, le tout devant être parachevé d’ici 2023. Il est financé par un partenariat trilatéral entre les gouvernements du Canada et du Nouveau-Brunswick et Port Saint John.

Cet article est également disponible en : Anglais