Reprise des croisières à Saint John

Le coronavirus a entraîné la première pandémie depuis un siècle, mettant à l’arrêt le tourisme de croisière à l’échelle mondiale. Au Canada, dans un premier temps, l’activité a été suspendue toute l’année 2020. Cette suspension est prolongée pour toute la saison 2021. Une deuxième année sans croisières est peu encourageante pour les petites entreprises du tourisme et de l’hôtellerie qui soutiennent tant d’aspects de l’industrie touristique. Les premières ondes de choc ont submergé le secteur hôtelier l’année dernière, mais nous étions tous convaincus de la nécessité d’enrayer la propagation du virus pour protéger la population et nos systèmes de soins de santé.

Alors que la pandémie durait et que les destinations, les ports et les partenaires du secteur privé commençaient à discuter de la forme que prendrait un plan de reprise des activités, il est apparu évident que le retour à un secteur des croisières fort devrait passer par un effort collectif coordonné. Les ports comme Saint John sont des voies de transport qui permettent aux visiteurs de vivre des expériences à terre. Notre rôle consiste à approvisionner le quai et à soutenir l’infrastructure, mais une gamme d’entreprises parallèles très variée offre des services au navire, ainsi qu’aux passagers et à l’équipage à bord.

Heureusement pour le secteur portuaire, l’Association des administrations portuaires canadiennes (AAPC) a immédiatement pris des mesures pour faire en sorte qu’une coalition de ports de croisières puisse voir le jour à l’échelle du pays. La taille, l’envergure et la gouvernance des ports de croisières canadiens varient. Certains n’avaient même jamais eu aucun contact avec l’AAPC, organisme axé sur l’adhésion qui ne vise normalement que les 17 administrations portuaires canadiennes. Puisqu’un rassemblement était nécessaire, ce facteur d’adhésion a été mis de côté dans le cadre de la formation du Comité des ports de croisières, qui a pour vocation d’inclure les ports – petits et grands – dont le point commun est d’accueillir des navires de croisière. Le Comité apporte au gouvernement des connaissances et de l’expérience de première ligne qui l’aideront à prendre des décisions lorsque la mise sur pied d’un plan de reprise sera envisageable.

Cette initiative historique réunit les ports et les entités régionales d’un bout à l’autre du pays qui participent à l’industrie des croisières pour former une voix axée sur un dialogue fructueux. Le Comité des ports de croisières se concentre sur des solutions efficaces nécessaires pour garantir la sécurité de chacun tout en observant le déploiement des vaccins et la situation pandémique. Ce faisant, il crée des protocoles détaillés relatifs aux visites des navires de croisière, notamment pour les excursions à terre et les interventions d’urgence dans les ports. L’élaboration de ces protocoles est indispensable, quelle que soit la phase de la pandémie dans laquelle nous nous trouvons, car ils permettent à l’industrie de se préparer pour l’avenir et pour une reprise durable des croisières.

La coalition en faveur de la reprise des croisières ne s’arrête pas aux frontières canadiennes. Les navires qui accostent au Canada viennent, pour la plupart, de ports américains. De ce côté du pays, Saint John – ainsi que d’autres ports partenaires au Canada atlantique – se trouve sur l’itinéraire des navires de croisière reliant le Canada à la Nouvelle-Angleterre. La ville est également membre de l’Atlantic Canada Cruise Association. Des ports américains du nord-est se trouvent également sur cet itinéraire, et nous surveillons de près le travail de nos partenaires aux États-Unis dans leur parcours vers la relance de l’industrie. Encore une fois, c’est grâce à un effort associatif que nous pouvons réaliser cela, en poursuivant notre collaboration vieille de plusieurs décennies avec nos ports de croisières américains associés – par l’intermédiaire de l’Association américaine des autorités portuaires – et avec nos lignes de croisières partenaires – par l’intermédiaire de la Cruise Lines International Association.

Il est aussi essentiel d’ouvrir le dialogue avec l’industrie et les parties prenantes à l’échelle locale, dans notre ville et notre région. Pour atteindre un résultat proactif et systématique, Port Saint John a constitué le Comité de liaison commerciale et communautaire de Croisière Saint John. Nous entretenons à présent des canaux de communication avec des partenaires opérationnels portuaires et des représentants gouvernementaux. Ces initiatives sont essentielles pour garantir une transmission délibérée d’informations factuelles aux entreprises et au grand public à mesure que nous avançons vers une reprise sûre des activités de croisières.

Le tourisme est un secteur très important pour l’économie de notre province, et les croisières comptaient pour une grande part de ce secteur. L’industrie nous dit depuis longtemps que Saint John est très prisée par les paquebots de croisière : la ville est connue pour sa sécurité et sa convivialité. Ajoutez à cela les attraits naturels de la baie de Fundy, comme la promenade du sentier Fundy, le charme historique de la ville et un front de mer en constante amélioration (p. ex., ouverture de la Place Fort La Tour cette année), et notre capacité d’attraction demeurera forte.

Nous savons que le secteur des croisières n’est pas seul. Dans tous les segments de l’industrie canadienne du voyage, les pertes et les conséquences pour l’emploi et les petites entreprises ont été très étendues. Nous ne savons pas quand, mais notre industrie a bon espoir que les croisières reprendront au moment opportun et lorsque cela pourra se faire en toute sécurité. Nous serons alors impatients d’accueillir à nouveau les lignes de croisières, leurs passagers et membres d’équipage dans nos villes portuaires et nos communautés locales, et notre réputation passée de destination sûre nous sera très utile dans un nouveau contexte.

 

Par: Andrew Dixon – Premier vice-président du Développement du commerce et des affaires