Une étude confirme le potentiel de port d’attache pour un créneau du marché des croisières : la province accordera un financement pour les besoins d’infrastructures

SAINT JOHN (NB) – Une étude visant à déterminer le potentiel de Saint John comme port d’attache a établi que Port Saint John convient davantage aux navires de classe expédition.

L’étude, menée par Dillon Consulting, portait sur la position stratégique de Saint John sur l’itinéraire Canada-Nouvelle-Angleterre, sur les offres touristiques, ainsi que sur les nombreuses exigences supplémentaires requises afin qu’un port puisse offrir à une ligne de croisières l’option de servir de port d’attache à ses navires.

Tenant compte de la myriade d’exigences, l’étude a conclu que Port Saint John est bien positionné pour accueillir les navires de classe expédition. Ces navires spécialisés transportant entre 50 et 200 passagers en plus des membres d’équipage font souvent partie d’une offre de produits haut de gamme. De plus, les croisières d’expédition s’adressent plutôt aux aventuriers ayant des intérêts précis en tête, comme l’exploration de la nature.

« Port Saint John jouit déjà d’une très bonne réputation dans l’industrie des croisières. Nous avons également d’excellents partenariats avec le secteur du tourisme, incluant notre partenariat de longue date avec le ministère du Tourisme du Nouveau-Brunswick. À ces attributs solides s’ajoutent 25 années d’éloges des passagers au sujet de la destination; notre potentiel de favoriser ensemble le tourisme dans la région ne cesse donc de s’accroître. Attirer des navires de classe expédition en tant que port d’attache nous offre une autre avenue à considérer pour l’avenir », a déclaré Peter Gaulton, président du Conseil de Port Saint John.

Un passager visitant la ville dépense en moyenne 59 $ durant l’escale du navire. Les croisiéristes visitant un port d’attache dépensent deux fois plus. La majorité des passagers visitant un port d’attache passent au moins une nuitée dans un hôtel de la région, sans compter leurs dépenses de repas et autres frais accessoires.

Cependant, il faudrait aménager une passerelle ou une plateforme flottante spéciale pour accueillir les navires de cette taille en raison de l’amplitude de la marée à Saint John.

« Je crois que nous avons plusieurs occasions de passer à la prochaine étape pour le secteur des croisières à Port Saint John », a affirmé Trevor Holder, ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. Cette étude a mis en relief des façons très réelles et réalisables de miser sur de nouvelles possibilités commerciales, tout en soulignant certains défis. Pour surmonter ces défis, le gouvernement accordera au port un financement de 100 000 $ au cours des trois prochaines années, afin qu’il construise la plateforme de débarquement nécessaire pour ces navires ».

Port Saint John et le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture travaillent à promouvoir l’option de port d’attache pour les navires de type expédition.

La saison des croisières 2014 de Port Saint John commence le 5 juillet. On prévoit un nombre record de jours où deux navires feront escale simultanément, sept escales inaugurales et la millionième escale d’un navire.

Port Saint John est le plus grand port de l’Est canadien en terme de tonnage; il manutentionne différentes marchandises dont le vrac liquide et solide, le divers et les conteneurs en plus d’accueillir les navires de croisières.

– 30 –

Renseignements aux médias :

Paula Small
Communications générales
Port Saint John
(506) 636-4674
(506) 650-5288
[email protected]
#portcity
Jane Matthews-Clark
Communications
Tourisme, Patrimoine et Culture
(506) 444-4454
[email protected]
Download PDF: Homeport potential and investment

Cet article est également disponible en : Anglais